Victoire 67-73 !

_P1740088

Une victoire à Notre-Dame de Gravenchon, ça vaut cher ! On l’a dit et redit : les Pétrolières, surnom des Gravenchonnaises en raison de l’immense raffinerie installée en contrebas de la ville, trouvaient toujours le moyen d’enrayer la mécanique poinçonnoise : le moteur hoquetait, la transmission faisait des siennes, les berrichonnes jouaient avec le frein à main. Samedi soir, tout n’a pas été parfait. Un démarrage 1.2l diesel, mais une fois lancées, les Rouges n’ont plus levé le pied et ont fait explosé le moteur normand. 

 

Le Résumé :

Un quart pour se faire peur, trois quarts pour revenir petit à petit et finir en maîtrise.

Le Match :

_P1740110

Sur les bords de la Seine, on n’est pas bruyant comme à Trégueux, comme à la Glacerie ou comme au Poinçonnet. Il faut faire attention à ne pas s’endormir avant le début du match, alors que tout y incite. Pas de présentation pour faire monter la pression, peu de sponsors pour égayer d'immenses murs de béton lissé presque vierges, un public épars et discret, au moins au début ; la salle Colmont a tout d’une cathédrale : un majestueux édifice invitant au calme et à la contemplation. Et c’est bien dans ce piège que tombaient les Berrichonnes d’entrée de jeu. Pas assez réveillées, elles se faisaient surprendre par des locales bien dans leur élément. Trop de timidité, de la maladresse, rien ne rentrait pendant de longues minutes. Quand l’adresse n’y est pas il faut au moins aller au charbon. Captaine Aurore était la première à le comprendre et filait provoquer la faute sous l’arceau. Deux lancers. Lina l’imitait rapidement et récoltait elle aussi deux lancers. Puis deux autres. Tous convertis. Isadora suivait la méthode. Un lancer. De quoi surnager face aux tirs de loin des intérieures Perrine Désert et Mathilde Ponsar. Les Bleues récitaient avec talent leur tactique, souvent la même : fixer à l’intérieur, trouver une joueuse excentrée qui tire de loin. Avec cette recette, on en était à 16-7 à la 8ème minute. Il fallait attendre qu’Elise trouve Inga sous l’arceau, à la 9ème minute du match, pour enfin applaudir le premier panier à 2 points du Poinçonnet ! Les Bleues continuaient leur festival extérieur, par leur capitaine Marion Matis et par Saillot. Magda prenait la responsabilité des dernières secondes de jeu et passait sa pénétration au buzzer. 22-11, 10ème.

 

_P1740205

C’est encore Gravenchon qui avançait à la reprise par l’intermédiaire d’une intenable Marine Debaut. 24-11, et un -13 qui aurait pu faire douter. Pas de doute pour Magda cependant, qui repartait au combat en pénétration. Pas de panier mais deux lancers. Marie-Ange était à la conclusion d’une contre-attaque, se faisait arracher le bras et rentrait ses deux lancers. Lina rattrapait un rebond offensif et rentrait un tir de 6 mètres dans la foulée. 26-17, 13ème. Sur une belle remise derrière le panier, Lina marquait rapidement malgré la faute et passait son lancer. Action à 3 points ! Pas encore rassasiée, la benjamine du groupe remettait un tir à 6 mètres et ses coéquipières dans le bon sens. Pour varier le danger, c’est Angie qui s’y collait, d’abord en pénétration, puis sur un petit shoot dans la raquette. Les Rouges revenaient au train. 28-26, 16ème. Lara Tran Van Nho ne l’entendait pas de cette oreille et remettait une banderille de loin. 31-26. Sans se désunir, les Rouges appuyaient là où ça fait mal : Isadora trouvait Angie pour un nouveau tir intérieur et Inga avait raison de son opposante sous l’arceau, puis la contrait en défense. A 31-30, 18ème, il était temps pour Coach Cormier de prendre un temps mort. Avec quelque succès puisque les Bleues reprenaient une bouffée d’oxygène juste avant la mi-temps. Sur une dernière possession, la balle changeait plusieurs fois d’équipe, avant qu’Elise ne se jette pour prendre le rebond offensif et marquer sur un shoot en mouvement plein d’assurance. 36-32, mi-temps.

 

_P1740268

Au retour sur le parquet, les Berrichonnes repartaient sur le même tempo. La grande Lituanienne alternait avec succès travail sous l’arceau et passe à Aurore qui arrivait lancée comme une balle. La jonction était faite 36-36, 21ème. Pas du goût de Tran Van Nho, joueuse de caractère, qui replantait un primé. Les Rouges se préparaient à une guerre d’usure. Elise et Angie allaient au ravitaillement, pardon, au rebond. Marie-Ange combinait avec Inga qui recollait aux lancers. 39-38, 24ème. C’était sans compter le petit prodige Debaut qui enquillait tir primé et lancer. Tout le monde s’impliquait aux récupérations, de Magda la meneuse à Inga la pivot. La balle circulait rapidement dans les mains de toute l’équipe pour finir dans celles d’Inga, encore une fois à la conclusion sous l’arceau. Lina écartait le jeu par un tir à 6 mètres pour se rapprocher à nouveau d’une unité. 43-42, 27ème. Avec un rebond de Marième, une petite passe de Magda pour Inga postée sur la ligne des lancers, les Rouges reprenaient l’avantage. Evidemment, Debaut répondait immédiatement par un tir extérieur. Puisque c’était la mode, Lina s’y mettait aussi en faisant cette fois bien attention de garder les pieds derrière les 6,75m. 47-47, 28ème. Marième continuait d’alimenter Inga sous le panier, tandis que Magda faisait la preuve de son adresse longue distance. Tran Van Nho faisait de même, et on n’était toujours pas plus avancé… 52-52, 30ème.

 

_P1740193

A ce jeu d’adresse, il allait bien falloir que quelqu’un cède… Magda reprenait l’initiative et rentrait un missile intercontinental. Les locales revenaient aux lancers. 54-55. Lina ajoutait une unité à son compteur, mais Ponsar trouvait la solution à l’intérieur pour reprendre la tête. 57-56, 33ème. Isadora se démenait pour trouver un tir forcé, mais qui rentrait. Elle servait dans la foulée Maah, qui assurait son shoot au bout des 24 secondes. L’avantage revenait aux Poinçonnoises. Marie-Ange interceptait une balle, Lina inscrivait encore un lancer. Deux points d’avance… Isadora captait un rebond important après une grosse défense d’Angie. La meneuse de Montierchaume, sentant qu’elle pouvait faire la différence, tentait un tir à 7,5 mètres et le rentrait ! Les Rouges étaient maintenant survoltées, affutées et infligeaient un stop défensif aux Normandes dans la foulée. 59-64, 37ème. Plus que ne pouvait en souffrir Coach Cormier, qui rappelait son escouade. Las ! les Rouges restaient concentrées et réalisaient encore une grosse action offensive, avec Lina pour conclure. Isadora récupérait encore, avec un culot incroyable, un rebond offensif déterminant. Les Bleues faisaient faute et elle s’alignait sans trembler sur la ligne des lancers. 59-68, le match avait basculé. Restait à assurer le final, en étant passé de la position du chasseur à celle de proie. Les Bleues n’avaient plus rien à perdre et jetaient leurs dernières forces. Désert trouvait un petit shoot. 61-68, 1,56 min. de la fin. Magda passait un lancer. 61-69, 1,37 min, temps mort. Bien inspiré puisque Debaut trouvait le bon angle à 3-points. 64-69. Isadora trouvait encore la solution en la personne d’Angie, qui pénétrait pour maintenir l’écart. 64-71. 1,08 min. et nouveau temps mort local. Encore une fois bien joué puisque les Normandes revenaient à seulement quatre longueurs après 3 secondes de jeu ! 67-71. Pire, les locales récupéraient la balle et manquaient de revenir au contact. Manquait seulement, et c’est Isadora qui héritait du ballon, sur qui on faisait faute, et qui transformait encore, imperturbablement, ses deux lancers. De quoi définitivement sceller la victoire et enterrer la bête noire, désormais de l’histoire ancienne.

 

Sur le papier, il s’agissait certainement du plus compliqué des quatre déplacements que doivent aligner les Poinçonnoises avant la trêve de Noël. Cette victoire était déterminante dans l’optique des playoffs, les autres prétendants ayant surmonté l’obstacle haut-normand. L’exercice va à présent être tout autre : ne pas tergiverser face à des équipes réputées plus faibles, chez elles. Cela, tout en continuant d’améliorer les réglages collectifs pour revenir encore plus fortes en 2015. Comme l’a dit Coach Stoyanov en début de saison, l’objectif est d’aligner un effectif où chacune peut marquer 10-12 points par match. Cette équipe en est capable. Elle est jeune, en âge et en vécu commun. La marge de progression est donc réelle.

 

Le Poinçonnet : Avançons, ensemble !!!

_P1740434

 

La Fiche :

Arbitres : MM. A. Cotte et C. Jamet
Affluence : env. 80 spectateurs.
Les quart-temps : 22-11, 14-21 (36-32), 16-20, 15-21

Le Poinçonnet Basket : Lina Mahsas 20, Aurore Destouches (cap.) 4, Isadora Pillet 10, Magda Gawrońska 11, Élise Vieira 2, Marie-Ange Mfoula 10, Maah Diakité 2, Inga Aleksaite 14, Marième Sall. Entraîneur : Galin Stoyanov.

Club Sportif Gravenchonnais : S. Caillot 2, Lara Tran Van Nho (cap.) 12, Marine Debaut 22, Marion Matis 5, Mathilde Saillot 6, Naurine Vannier 2, Perrine Désert 10, C. Mahoro, Mathilde Ponsar 8, Maryeme Diagne. Entraîneur : Thierry Cormier, adjoint : L. Malot.

 

Les Photos 

 

_P1740088

 

 

 

 

 

_P1740110

 

 

 

 

 

_P1740112

 

 

 

 

 

_P1740114

 

 

 

 

 

_P1740133

 

 

 

 

 

_P1740135

 

 

 

 

 

_P1740153

 

 

 

 

 

_P1740161

 

 

 

 

 

_P1740170

 

 

 

 

 

_P1740175

 

 

 

 

 

_P1740181

 

 

 

 

 

_P1740193

 

 

 

 

 

_P1740199

 

 

 

 

 

_P1740205

 

 

 

 

 

_P1740250

 

 

 

 

 

_P1740267

 

 

 

 

 

_P1740268

 

 

 

 

 

_P1740286

 

 

 

 

 

_P1740323

 

 

 

 

 

_P1740353

 

 

 

 

 

_P1740394

 

 

 

 

 

_P1740408

 

 

 

 

 

_P1740434